Main menu

Pourquoi adhérer ?

1. C’est dans l’intérêt des familles elles-mêmes.

On peut dire que les AFC sont le « syndicat des familles ». D’après le code de la famille, quand le gouvernement légifère en matière de politique familiale, il est tenu de consulter l’Union Nationale des Assoiations Familiales (UNAF). Au sein de cette union, la représentativité de chaque association est déterminée par les suffrages dont elle dispose. (Le père, la mère, une voix par enfant mineur et une voix supplémentaire par groupe de 3 enfants mineurs). Donc, le simple fait d’adhérer à une association familiale, sans participer aux acivités, permet de faire valoir les idées de cette association auprès de pouvoirs publics. Baisser notre mobilisation, c’est laisser d’autres groupes de pensée (!) occuper la place…

 

2. C’est une réponse à une demande de l’Eglise

L’Eglise, par la voie du Pape à demandé aux familles de s’engager pour promouvoir une politique familiale qui soutienne et protège la famille. Le pape Benoit XVI l’a rappelé à la 6ème rencontre des familles à Mexico en janvier 2009. Benoît XVI insiste sur « le rôle central et irremplaçable joué par la famille dans notre société » et affirme qu’ « en tant que cellule fondamentale de la société, la famille doit également être au centre de l’action politique ».

 

3. La vision de la famille soutenue par les AFC est celle de l’Eglise catholique

La famille, communautaté de vie et d’amour, union d’un homme et d’une femme, établie par le lien indissoluble du mariage librement contracté et affirmé publiquement, ouverte à la vie, éducatrice de ses membres, celulle de base de la société,

constitue la référence des AFC. Cette vision a largement besoin d’être défendue puisque chacun des termes de cette référence est actuellement combattu.

 

4. Les AFC s’expriment à de nombreux échelons

  1. Sur le plan européen au sein de la FAFCE
  2. Sur le plan national au sein de l’UNAF
  3. Sur le plan local au sein des UDAF et grâce aux contacts avec les élus locaux
  4. Les AFC ont des représentants permanents au conseil économique et social (CESE), au Conseil Supérieur de l’Audiovisuel (CSA), à l’Institut National de la Consommation, au Haut Conseil de la Famille, …
  5. Prises de position dans les médias nationaux et locaux, colloques, tables-rondes, un journal national, des lettres locales, etc.